Notre cerveau préfère les visages heureux

12326192_s

En moins de 20 millièmes de secondes, notre cerveau peut capter que la personne en face de nous a tel ou tel air, qu’elle est plus ou moins sympathique, plus ou moins franche, qu’elle est physiquement plus forte ou plus faible que nous, qu’elle est pacifique ou menaçante, qu’elle nous plait ou pas…

Les cellules nerveuses qui permettent une telle rapidité de réaction, sur plein de plans en simultané, s’appellent les « neurones en fuseau ». Ils mettent en place une série de réactions en cascade qui se déroulent en un réflexe éclair…sans en avoir vraiment conscience.

Nous partageons d’ailleurs ces neurones avec nos amis les singes (chimpanzés, orangs outangs, bonobos)..et les baleines – qui en ont plus que nous !

Ces neurones en fuseau sont aussi appelés « neurones de l’amour »

Ainsi, aimer quelqu’un c’est s’avérer capable de détecter chez l’être aimé d’infimes nuances dans l’expression de ses ressentis et éventuellement d’y répondre.

On répertorie 18 façons de sourire (selon le psychologue Paul Eckman spécialiste des expressions faciales), en voici quelques uns :

-le petit rictus figé de politesse

-le sourire gêné

-le sourire soulagé (ouf !)

-le sourire épuisé (de bonheur)

-le sourire sadique

-le sourire excédé

-le sourire endurant

-le sourire diplomatique

-le sourire de ravissement extatique

ou encore le sourire ravie (devant un bébé par exemple) ; le sourire chaleureux (encourageant), ou méditatif (à la manière de Bouddha)

Le rire est le processus de contagion le plus rapide mais le sourire est l’expression que le cerveau décrypte le plus rapidement et avec le plus de nuances : nos neurones préfèrent les visages heureux !

Ce décryptage est d’ailleurs le processus naturel de ce qu’on appelle « l’empathie » processus à la fois chimique et intuitif nous mettant en relation avec l’autre avant même que se greffe notre analyse ou autre réflexion alimentée par notre histoire personnelle, notre carte du monde.

Extrait de Votre cerveau n’a pas fini de vous étonner (Albin Michel, 2012)

Avez vous déjà pensé aux premières secondes avec une personne ou dans une situation donnée ? Quel est votre tout premier sentiment intuitif ? L’avez vous modifié après réflexion ou avez vous fait confiance à votre flair naturel ?

12326192_s

 

 

Be first to comment